Stéphane Verdino

www.stephaneverdino.com

Sac après sac, Stéphane Verdino tend de plus en plus vers l’épure. Depuis vingt ans qu’il travaille sur le cas du sac, Stéphane a fixé quelques parti-pris qui sont devenus sa signature : dessin pur, simple, ligne droite, refus radical du décoratif, du baroque, de l’enluminure, et même du logo. « Lessis more ».

Ses sacs sont quasiment tous monochromes, et le plus souvent noir, la couleur ultime en terme d’élégance. Ils ne sont pas encombrés de poches, de colifichets, de gadgets. Là où tout le monde en rajoute, Verdino s’applique à enlever, à en retrancher, encore et toujours, jusqu’au point limite.

Sa signature est le sobre rectangle à quatre rivets, par lequel passent les poignées, et qui permet, par un tour de passepasse technique d’accrocher la secrète poche interne. On touche ici à l’architecture, la discipline  à laquelle le travail de Stéphane Verdino s’apparente le plus. Dès lors, on n’est pas surpris d’apprendre qu’il voue un culte à des architectes comme Fernand Pouillon, Mies Van der Rohe ou Mallet mais aussi dans son dessin : son projet est global, et vise à mettre en accord ses créations    avec goûts profonds.

Le style Verdino est radical :
L’audace, la chance, et le pari de Stéphane Verdino, c’est de snober les codes du genre : pas de renforts, pas de doublures, pas de teintures.

Cette entrée a été publiée dans LES MARQUES. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.